Costumiers, couturiers, stylistes : qui se cache dans les coulisses ?

dominik-vanyi-410261-unsplash

Aaaah, les costumes. Ça évoque des souvenirs, n’est-ce pas ? Le Carnaval, le spectacle de fin d’année… Vous avez peut-être eu la chance de porter la somptueuse cape de sorcière ou le gros chapeau de cow-boy, mais aussi cette robe de Cendrillon achetée par maman (mais si, celle qui vous valait des remarques agaçantes – « Ça va, princesse » – et qui vous empêchait tout hochement de tête sous peine de perdre la précieuse couronne en plastique).

Que vous soyez chanteur, danseur ou comédien, vous n’allez pas tarder à renouer avec le bon vieux temps… Mais savez-vous qui vous habille, dans la cour des grands ?

Sur scène, le costume fait partie du décor et raconte une histoire au spectateur, en lui offrant des précieuses clefs de compréhension. Seconde peau de l’interprète, il renforce son jeu et laisse transparaître son caractère ; sur mesure, il se doit de lui aller comme un gant ; exagéré, il le rend visible même de la dernière rangée du balcon. Quand toutes ces conditions sont réunies, la magie opère : le déguisement se mue en costume, le costume se mue en personnage ! Comment expliquer une telle virtuosité ?

tumblr_mxoqb6guiJ1s2589qo2_500.gif

C’est que des dizaines de petites mains, à l’œuvre derrière les coulisses, l’ont imaginé, coupé, cousu, décoré, repassé, chouchouté. Il est le fruit d’un long travail artisanal, dont la tradition se perpètre depuis le XIXe siècle ! Selon les instructions du metteur en scène, couturiers, tapissiers et perruquiers s’agitent dans leurs ateliers : parfois, un opéra nécessitera la confection de pas moins de 250 pièces, ou bien la robe d’une soliste demandera à elle seule plus de 40 heures de travail.

b44eab81a9bddd9d6a272bd3eeca647cSi vous imaginiez des tenues poussiéreuses tout droit sorties de la vieille malle de mamie, détrompez-vous ! Dans ce monde d’artisans aux multiples savoir-faire, les grands de la haute couture ont leur mot à dire : depuis les année 1960, des stylistes comme Coco Chanel, Karl Lagerfeld, Christian Lacroix ou encore Yves Saint-Laurent collaborent régulièrement avec les maisons d’opéra pour créer des collections inédites, détournées et précieuses à souhait. Féeriques, champêtres, gothiques, on parle alors de réalisations d’« ultra-couture » : rediffusion à l’écran oblige, le vêtement est soigné dans les moindres détails, pensé et personnalisé pour l’artiste qui le porte et richement décoré par ces professionnels du tissu.

Véritables œuvres d’art, les costumes de scène sont parfois réutilisés, ou bien soigneusement conservés et exposés au Centre National du Costume de Scène (CNCS) à Moulins. Ici, les robes de princesse, c’est des vraies !

vestiaire-des-divas

Publié le 23/05/2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s